Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)

Mardi (17/01/06)
Soiree pizza

J'ai passe l'apres midi d'hier sur msn avec Francois. J'aime pas ne faire que ca, rester le cul assis sur cette chaise ( qui soit dit en passant m'irrite prodigieusement l'arriere train) seulement c'etait pour Francois et j'avais un sac a vide. Je lui ai dit ce qu'il savait deja a propos de moi et mes reminescences de sentiments a la con pour Nathan. Il a confirme que je ne devrais rien dire, et qu'elle le rendait heureux.

Je sais que pour ca je peux lui faire confiance, il connait Nathan presque mieux que moi et pour sa part il n'est aveugle par aucun sentiment. Il arrive le 28 avec Nath. On a comme prevu de prendre Co' et Sylvain dans la voiture s'ils n'ont rien d'autre a faire et de passer a H. Boir des bieres a la cerise dans notre bar prefere, faire quelque chose qui ressemble a cette vie d'il y a un an et demi qu'on a un peu tous perdu quand lui et Nathan sont partis a Montpellier.

L'avantage de sortir avec une bande de mecs. Surtout quand, pour ce cas precis, le plus petit fait 1m84, c'est qu'on peu etre sure qu'aucun membre du sexe masculin ne vienne nous perturber dans nos retrouvailles. Pour ce qui est des femmes qui pourraient etre attirees par ma petite poitrine, la c'est une autre histoire.

Sylvain est arrive un peu plus tard dans la soiree. Mon pere ne serait pas la avant tard et Co' etait chez sa copine. Il a ramene une pizza peperoni avec trois tonnes de fromages et le DVD de jeu d'enfants que je lui avais demande a genoux de ramene. Il faut que j'exteriorise mon amour refoule, comprennez. Et j'ai toujours eu un faible pour les yeux de Guillaume Canet, allez savoir. Il pleuvait dehors, je deteste ca. Je me suis endormit 1 heure la tete sur son ventre qui criait famine parce que je ne lui avais laisse qu'un quart de la pizza, pendant qu'il me massait la nuque.

J'aime que ca ne soit pas ambigue.

On a termine la soiree a jouer a puissance 4 ( aurais-je omi de dire que la pizza etait acompagne de plusieurs verres d'exquises vodka-poire specialite grand cru de mon ami Sylvain?) et en chantant du Ilona ( on a chacun notre petit frere, comprennez). Sylvain parlait de cul comme si c'etait tout sa vie et moi je lui parlais gamme chromatique. On a jamais etait sortable...

J'aime bien mes soires pizaa, ya rien a faire.

Ecrit par elevator-beat, à 19:08 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (16/01/06)
Et puis demain

Ma soeur hier a dit a table hier soir "De toute facon on est tous d'accord pour dire que je finirais mes etudes avant toi a l'allure a laquelle tu vas". Je lui ai dit de la fermer et de bosser ses maths. La verite c'est qu'elle n'a jamais ete autant dans le vrai. Je suis la, pleine d'ambition avec mon violon et mon vielle olympus, mais c'est quoi mon plan solide? Ca n'est pas comme si j'etais une sorte d'artiste incroyable a l'esprit illumine et lumineux. Je ne peux pas vraiment me permettre de vivre de mon art vu que je n'en ai pas. C'est la que les gens normaux pensent a l'avenir, des etudes, un travail. Mouai.

La verite c'est que je ne sais pas. Des conseillers d'orientation j'en ai vu au moins 5 depuis la troisieme. Ma mere avait ce besoin conpulsif de prendre rendez-vous. A preuve du contraire ca ne m'a jamais aide. La premiere fois on en avait conclue que je prendrais une filliaire SMS et que je serais infirmiere ( genre j'ai l'ame humanitaire, vous voyez...), il s'est passe qu'en fin de troisieme, les maths et moi, on a eu comme un desaccord qui m'a pousse a laisse tomber n'importe quel filliere scientifique. C'est comme ca que naturellement, ma deuxieme conseillere m'a propose ES option anglais en fin de seconde, parce que j'etais douee en langue mais pas assez en francais pour tenter la litteraire. La verite c'est que j'en avais rien a foutre, des cours.

J'avais mes deux cerveaux sur pattes qui me donnaient la culture essentielle dont j'avais besoin. Ce que j'ai pu boir leur paroles a Nath et Francois. J'avais toujours des questions a poser pour les faire parler plus, mais jamais trop. J'aimais bien, meme, me debrouiller pour qu'ils ne soient pas d'accord. C'etait pas vraiment dure parce que Nath avait ce cote economiste qui exaspere mon ecologiste de Francois. Il suffisait juste de leur donne un sujet adequate pour une dispute politisee. Et la, je prennais  mon pied, et je crois qu'on serait d'accord pour dire qu'eux aussi.

Toujours est-il quand terminale, ils etaient tous la avec leur formulaire d'inscription de science po, maths sup et autres ecoles de commerces. Moi j'aimais les langues et la litterature, je me suis sentie con. Pas parce que j'etais encore une fois a cote de la plaque ou etait les autres, de ca j'ai l'habitude, juste parce que la verite etait simple. Je ne savais pas ou aller. Meme si je faisais comme j'avais envie et que je me dirigais vers du litteraire, je ne me voyais pas prof, ni bibliothecaire et encore moins journaliste. J'ai pense une minute a suivre Sylvain en psycho et je me suis rappelle que moi et mon cerveau malade, on pourrait jamais aider personne.

Si je dois etre franche, pour une fois, avec moi meme, je dois dire que la merde dans mon cerveau et mon impression de n'avoir ma place nul part. Ce manque d'avenir. C'est ce qui m'a bloque. C'est pour ca que je n'ai pas suivit Nath a Montpellier apres mon bac. Il avait deja sa vie trace, sur des grandes lignes en plus. Moi je n'avancais nul part. Je l'avais lui, c'est sur, mais j'avais honte de moi. Terriblement. Pas parce que je vallais moins ou que je ne me considerais pas. Juste qu'a ce point de sa vie ou il avancait si vite, moi je faisais un terrible sur place. Pour la premiere fois on a eu comme un decallage. Je ne suis pas tellement sure qu'il y avait la place que je voulais avoir dans les plans de cet homme que j'aimais et que j'aime encore affreusement.

Je ne voulais pas devenir femme au foyee a 18 ans. Je ne voulais pas travailler comme caissiere pendant qu'il changeait le monde. Vivre dans l'ombre, comme a moitie seulement. Je ne voulais pas de la vie que j'allais nous donner. Alors j'ai tout arrete. Et si cette fois je dois etre objective, sa Justine, elle est tout ce que j'aurais voulu etre pour lui. Encore une fois meme si c'est a contre coeur je dois le dire, tout est a sa place.

On a trop de souvenirs tous les trois, on ne se quittera jamais. C'est comme si on vivait constamment avec un bout des deux autres dans la tete. On s'est tous apporte beaucoup. Meme moi, l'inculte du trio. Je sais que je leur ai donne beaucoup. Je les ai rendu plus fou, en quelques sortes. Et je me plais a croire que sans cette folie qui etait comme un cadeau, il n'aurait pas les couilles de voir un peu trop grand. D'avoir tous ces reves la. D'aller la ou ils vont le sourie aux levres ou le joint a la bouche (ca depend duquel on parle...).

Il va falloir que je me decide a faire le deuil de cette relation parce que je risque de la pourir avec mes sentiments mal faits. De perdre ce bout d'amitie qui est plutot enorme, meme si cache sous cette couche d'amour refoule. J'ai besoin de d'eux.

Ecrit par elevator-beat, à 18:24 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Samedi (14/01/06)
Vibrations

Sylvain est passe a la maison a 22h jeudi soir. Il voulait m'emmener de force a cette soirre etudiante dont il m'avait vaguement parle la semaine derniere. J'avais vraiment pas envie. J'ai ce cote sauvage qui me fait detester les foules et les soires. Il m'a promit que je pourrais le photographier si je venais. Alors forcement j'ai prit un pull et on est parti. Il faut dire qu'il a de ces yeux verts d'irelandais qui vous transpercent l'objectif. Je ne pouvais pas decamment dire non.

Dans la voiture il a mit la BO des bronzes. Alors forcement on a chante comme des cons parce qu'on a l'habitude. Il m'a sorti une bouteille de Jack's de l'arriere de la voiture en me disant qu'il conduisait, que je pouvais tout boire. Je ne suis pas forcement alcoolique ( ou seulement les jours paires) mais la percpective de passer cette soiree me donnait des envie de coma ethylique. Forcement.

On est arrive la bas apres 45 minutes de routes. Ya jamais que la plage qui est pres de tout la ou j'habite. Il y avait deja du monde et cette musique criarde d'un autre monde que le mien me bousillait les oreilles. Je suis nee avec un decallage musicale, pardonnez-moi je n'aime pas le bruit. Je me suis sentie mal, tous ces inconnus, comme une reminescence de ce nouvel an qui a eu un gout sale, malgre Francois et nos sourires.

Sylvain a le merite d'avoir l'air d'un con sans un milligramme d'alcool dans le sang. Il a dansait sur a peu pres toutes les tables avec a chaque fois une fille differente. C'est pourtant pas comme si il pouvait se le permettre, il n'a rien d'un apollon. Mais il a l'aplomb et ca suffit. Je le regardais lui et sa vie. Je me suis sentie petite et inutile. C'etait une pensee plutot objective. A force de m'entourer de gens "grands" ya comme un complexe d'inferiorite qui s'installe. Cela dit je confesse le preferer dans ce sens, le complexe. Ca me pousse a essayer d'aller quelque part. De faire quelque chose.

La, pour le coup, j'etais juste en etat de me laisser tomber a ronfler quelque part. Sauf que mon portable a vibre et qu'il etait ecrit _Nathan_. J'ai hesite longtemps avant de decroche. Tellement longtemps que ca ne sonnait plus. J'avais trop bu, c'est ce qui m'a force a le rappeller. Quand mon ego ne dort pas dans ce genre de liquide polonais, je ne reponds pas. Mais j'avais l'ego anesthesier, alors forcement. Il a dit qu'il voulait juste de mes nouvelles. Savoir pourquoi je n'avais retourne aucun de ses appels. J'ai dit que j'avais eu beaucoup de boulot au magasin du pere et que je repetais deux fois plus en prevision de mon solo, en fevrier.

Il sait bien que ca n'est pas ce genre de chose qui m'empecherait d'appeller qui que ce soit. Seulement il n'a rien dit. Il a demande s'il pouvait venir chez moi en meme temps que Francois ( on s'etait mit d'accord pour qu'il passe le week end a la maison dans deux semaines). J'ai dit que je ne savais pas, a cause de la place, et puis j'ai finit par dire oui, forcement. De toute facon je donnerais mon chat et le reste, pour qu'il dorme a nouveau sous mon toit. Comme avant sauf que ca sera pas pareil.

J'ai racroche le sourire aux levres de cette voix qui me raisonnait encore a l'interieur. Je me suis rappellee nos promesse, nos premieres fois. Le genre de choses auxquels on pense quand on est stupide et qu'on a une tendance malsaine a la melancolie. J'avais bu aussi, mais je l'ai deja dit.

J'ai demande a Sylvain si on pouvait y aller. Juste parce que j'etouffais et que j'avais besoin de mes draps. Il a demande pour rester a la maison, j'ai dit oui. Sur la route je lui ai parle du maquillage que je lui ferrais pour les photos. J'aime l'air serieux que je peux me donner. Meme Nathan n'a jamais su dire quand j'etais serieuse ou non. Je ne toucherais pas ses yeux, ils sont deja parfait. Il m'a parle d'une Aurelie qui semblerait bien parti pour devenir une future heureuse elue. Je lui ai dit qu'il serait tant qu'il se case, et qu'il me donne enfin l'occasion d'approfondir une fille au sens figure du terme. Et la bien sur il me repond qu'il se chargera du sens propre. Les hommes, de nos jours...

Alors bien sur on a reveille ma mere qui a gueulait que c'etait pas une heure. Moi je n'ecoutais plus, parce que je ne l'ai jamais vraiment ecoute. Et on a fait des pates, ca nous ressemble bien. Il a voulu mettre blade II, je lui en ai toujours voulu d'avoir des gouts cinematographique de merde. Cela dit j'avais sommeil, il pouvait faire ce qu'il voulait. Et puis j'ai reve de Justine. Elle etait avec Nathan et Francois en meme temps. Elle m'avait attache a une chaise et repete en boucle "c'est pour ton bien, parce que tu es une poupee". Elle faisait meme sacrement peur, les yeux grands ouverts de clown cocainoman. Elle m'avait vole mes deux hommes.

Va vraiment falloir penser a un psy. Je dois m'y resoudre, les gros pot de glace, les caramels et les disney ne sont pas suffisant.

Ecrit par elevator-beat, à 22:58 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Vendredi (06/01/06)
Peanut butter

Hier soir, Sylvain est venu a la maison avec son petit frere et on a passe la soiree devant le nouvel ecran plat de Co', ou on avait branche la vielle super nintendo pour jouer a Dunkey Kong. Ca c'est du bonheur ( c'est aussi une veritable perte de temps mais ca n'est pas vraiment mon probleme). Je me souvenais encore des boutons. C'est le seul avantage quand Co' n'est pas chez papa, on peut profiter de sa passion pour les nouvelles technologies.

L'autre troll etait sur internet a essayer de trouver l'orthographe correcte pour "peanut butter" apres que Sylvain lui ai dit que c'etait un code qu'on pouvait tapper sur google pour trouver des sites porno. C'est dans ces moments la que je me dis que c'est une chance, que Co' et mon petit frere n'est pas de lien de sang. Parce que s'il s'en etait occupe comme ca... (Faut dire avec ma soeur j'ai jamais ete plus sage.)

Sylvain c'est un le seul ami que j'ai garde du lycee. Faut dire aussi que c'etait mon seul ami au lycee. On aimait pas les gens, c'est ce qui arrive dans les lycee prive. Ya comme un model a suivre un peu plus fort que dans les autres bahuts. J'ai jamais su etre flexible. C'est meme pas question d'envie, c'est juste quelque chose que je ne sais pas faire. Sylvain, c'etait un de seul qui n'avait pas envie de me coller d'etiquette juste parce que je tirais la gueule un peu trop souvent et que je n'etais pas du genre a faire le premier pas. Faut pas croire, j'ai un sourire, faut juste venir le chercher

J'ai quand meme eu de la chance, dans la vie. D'avoir eu des gens qui ont su faire les premiers pas pour moi. Surtout avec l'air deprime que je me trimballe. J'aurais pu finir completement sans vie sociale que meme ma mere n'aurait pas ete surprise. C'est juste que moi, il faut savoir mamadouer. Ya comme un tri selectif qui je fais sans trop penser. Nathan disait toujours que j'etais trop sauvage. Et je ne lui ai jamais dit qu'il avait tord.

Sylvain me masse toujours la nuque quand il passe a la masion parce que je lui promets de lui faire un soufflet. C'est le seul truc que je sais cuisiner, alors pour sur que je le fais bien. Meme les pates je sais pas faire. Alors il y avais le petit frere qui criait "Hou Hou les amoureux" en courant en rond dans la chambre juste parce qu'il avait sa main dans mon cou( c'est a ce moment precis que j'aurais voulu qu'il sache orthographier peanut butter, au moins devant un site de cul il nous aurait foutu la paix)

Ya jamais rien eu de sensuel dans sa facon de me masser ( ni dans ma facon de faire un soufflet, d'ailleurs). Je suppose que ca s'explique simplement par le fait que je l'ai connu quand j'etais deja avec Nathan et que de cette facon il n'y a jamais eu de sous entendu entre nous. Sylvain c'est comme une meilleure amie sauf qu'il est pas chiant ni jaloux ( je devrais arreter les amalgames) et puis ya rien a faire, j'aime pas les filles.

J'ai essaye plusieurs fois de me faire des amiEs, je suppose que j'ai ete malchanceuse, parce qu'a chaque fois la discussion partait sur "Et puis machin est sorti avec truc alors qu'il etait encore avec sa copine" "NAN! SERIEUX?", ou bien elle se presentait par photo interpose leur nouveau chihuahua. Je sais bien que c'est loin d'etre general, rien que ma soeur est tres tres loin de ce stereotype. Je suis juste beaucoup trop bornee pour essayer encore.

Ma soeur justement, qui aime donner des conseils a la con voudrait que je fasse une liste des defauts de Nathan. Elle a vu ca dans FRIENDS, je le sais parce que c'est a moi qu'elle a pique les DVD. La verite c'est que je ne vois pas vraiment ce que ca pourrait changer. Ces defauts je les connaissais deja quand on etait ensemble et ca ne m'a jamais donne envie de partir. La verite c'est que j'aimais ces defauts surement plus que le reste.

Ya encore fallu que je parle de ca hein? Je suppose que ca risque de m'arriver souvent.

Sylvain devrait repasser ce soir mais sans son frere. Ce qui est une bonne chose. Je besoin qu'il me parle de sa fac de psycho et de toutes les minettes de la bas. Il a toujours des histoires cons a raconter, et je suis du genre plutot douee pour ecouter, ca tombe bien. Je vais passer au leclerc acheter de la glace et on se ferra des bana split. Pour le moment je dois bosser mon violon, c'est demoralisant comme j'ai pu perdre en deux ans. Meme le solphege j'ai du reapprendre...

Ecrit par elevator-beat, à 15:13 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 4 commentaires)
Jeudi (05/01/06)
Les liens du sang

Pour Noel, mon pere m'a trouve un de ces vieux appareils photos que je voulais absolument pour commencer a apprendre avec lui. Je voulais un OLYMPUS, ne me demandez pas pourquoi.. Je ne sais pas comment j'ai pu ne pas m'y prendre plus tot. Apres tout mon pere est photographe et en plus on a toujours eu une chambre noir a la maison. Enfin avant le divorce.

J'aime bien ca, sortir ma grosse echarpe et le vieux lecteur cd de Corentin. Me mettre du radiohead dans les oreilles ou la BO du sentier de la perdition et y aller de la gachette, apprendre a dominer l'engin. Bon, j'ai developpe ma premiere pelicule en noir et blanc, je suis loin d'avoir le talent naturel du pere. C'est pas vraiment un probleme, je prends mon pied et c'est suffisant.

Je me souviens quand j'ai commence le violon, j'avais 8 ans, et la fille du cours d'avant que j'entendais toujours joue dix minutes ( je faisais expres de venir un peu avant) devait etre une 4eme ou 5eme annee. De l'entendre jouer si bien, a l'age ou je n'avais pas l'oreille pour savoir si oui ou non elle faisait ca correctement, je n'avais qu'une envie. Apprendre tres vite.  Ca n'est pas comme si je n'avais plus rien a apprendre en violon, si j'ai repris c'est pas pour rien. C'est juste que la photo, j'ai absolument tout a apprendre et j'adore ce sentiment. Comme une route droite et immense qu'on traverse dans une decapotable avec des lunettes de soleil. Ou sans. Sans savoir ou on est, ou on va.

Il y a aussi qu'il faut que je m'occupe. Ne pas penser a lui. Glisser sur le  numero de Francois quand c'est Nathan que je veux appeller. Je crois qu'apres tout le mal que j'ai pu faire je peux bien prendre sur moi et me laisser bouffer le coeur de son absence. Apres tout j'y suis pour tout. C'est un cadeau que je lui fais. Je tais mes vieux demons pour ne pas reveiller les siens. Se rappeller que tout est a sa place. Meme si mon coeur me crit qu'il ne l'est pas...

Ma soeur aura 17 ans mercredi prochain. J'ai l'impression que les miens etaient hier. J'ai bien aime cette anne la, la mienne je veux dire.

Ma soeur et moi n'avons jamais reussi a etre proche, pourtant on avait l'age parfait pour ce genre de chose. J'ai juste un probleme avec les filles, en general. Regardez ma mere, par exemple. J'ai jamais eu de meilleure amie. Petite je voulais me couper les cheveux courts et porter les habits de Corentin quand il etait chez sa mere. Ce qui m'a fait changer c'est que j'ai attrape des seins a 12 ans, et la je me suis dit que ca ne servait plus a rien d'essayer.

D'ailleurs j'ai tellement voulu ne pas en avoir qu'ils n'ont presque pas pousse, les salauds.

J'ai envie de faire un bracelet a la soeur. Un comme celui qu'elle me vole tout le temps. Je vais lui acheter le CD de Franz Ferdinand comme elle m'a demande, bien sur, mais j'ai envie de lui faire quelque chose. Un truc qui comptera plus que son CD dans quelques annees. Une facon de lui dire sans avoir a utiliser ces mots qui m'ont toujours coute, que meme si on ne s'est jamais comprises, ca ne m'a jamais empeche de l'aimer.

La seule chose qu'on fait ensemble, ce sont les cadeaux de Noel. Elle s'accroche a mon bras et tout le monde nous prend pour des jumelles meme si je suis plus grande et que je me maquille beaucoup moins. On a herite de le chevelure noir et horriblement frise de la mere. Moi j'aime bien, ca m'oblige a ne pas user du peigne regulierement. Elle, elle deteste. Pour sur que la soeur et moi on ne partagera jamais autre chose que notre chevelure et cet amour silencieux en commun.

Apres tout c'est la seule qui ai entierement le meme sang que moi. Les deux hommes n'ont qu'une moitie.

Je crois que c'est un peu pour elle que j'ai decide de vivre avec la mere quand elle a voulu divorcer. Pourtant mon coeur etait avec le pere, c'etait lui l'abandonne. Mais je savais que la soeur, qui n'etait pas une adulte et qui en avait largement moins demande que le pere dans cette separation, aurait surement plus besoin de moi. J'ai tout un tas de secrets comme celui la que je garde trop pour moi. Je ne sais pas dire les choses.

Nathan a creuse longtemps avant que je lui donne quelque chose qui me vienne de l'interieur. Mais il savait qu'il y avait quelque chose bien au fond, c'est pour ca que je l'ai aime si fort si vite, meme si je ne disait rien. Il a seulement su plus tard. Voila, il a fallu que je remette ce sujet sur le tapis. La therapie de groupe reste l'ultime solution...

Ecrit par elevator-beat, à 15:13 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Lundi (02/01/06)
Everything, in its right place

Je suppose qu'un jour peut suffir pour changer beaucoup de choses. Ca serait pas etonnant. Finalement j'ai ecoute mon talent de "mauvaise decideuse" et je lui ai demande, alors qu'elle etait partie acheter du pain et qu'il etait assis a cote de moi, sur le canape lit. Il m'a regarde comme un con meme s'il savait bien que de ce week end, je poserais au moins une question delicate, parce que je suis douee pour ca, depuis longtemps.

Il a dit que c'etait pour preserver ce qu'il avait eu avec moi, Qu'il avait besoin d'une fille qui lui ferrait vivre quelque chose de totalement different. Qu'il n'avait pas envie de se retrouver devant un film ou d'entendre une chanson qui lui rappelle ce qu'on a eu. Vu sous cet angle, je suppose qu'il a raison. Cela dit ca me fait mal. Je l'ai prit comme un reproche ( merite), de l'avoir quitte pour de mauvaises raisons, sans meme qu'il ai pu prevoir quoi que ce soit.

Je me souviens c'etait apres la derniere epreuve du bac, fin juin, il venait d'arriver chez moi, on devait passer la semaine ensemble et prendre le train une fois pour toute pour Montpellier. Il etait la bas depuis un an et on attendait la fin de ma periode lycee comme une delivrance, tous les deux. Je pourrais enfin me sauver la bas, avec eux, avec lui. On pourrait avoir cette colocation dont on parle depuis 3 ans. Et j'en sais rien, il etait la a raler parce que je n'avais pas encore commencer mes valises. J'ai trouve ca mignon et je lui ai juste dit que je ne viendrais pas. J'y avais meme pas reflechit avant, j'ai juste su que je ne pouvais pas. C'est difficile de partager un reve avec quelqu'un d'autre, parce qu'on est pas forcement pret en meme temps. Lui il a cru que je ne pouvais pas parce que je ne l'aimais pas assez et bien sur, parce que je ne sais pas dire ces choses la, je ne l'ai jamais contredit.

Je l'ai laisse partir.

C'est comme ca que je me suis retrouvee a passer un mois de juillet sur la plage, sans eux. C'est comme ca que je me suis retrouvee a bosser pour le pere. Je voulais juste me construir un peu. Et le fait que ce soit encore aujourd'hui aussi dure de vivre detache de notre vie a deux me prouve que c'etait vrai. Je n'etais pas moi, j'etais nous. (Meme s'il pensait que mon plus gros defaut c'etait ma facon d'etre trop entiere.) Finalement malgre le mal que ca peut faire, je sais bien que je n'ai pas eu completement tord.

Assis sur ce canape lit j'aurais pu lui crier comme je l'aimais encore et pourquoi je ne l'avais pas suivis ici. Je l'ai juste prit dans mes bras, je l'ai serre fort et j'ai dit pardon. Je me suis excusee de ne pas avoir ete a la hauteur de ce qu'il voyait pour nous. Son odeur est presque devenue toxique, meme si c'est encore une drogue. J'ai eu mon dernier shoot et j'ai fait mes valises. Il m'a racompagne au train a 13h41, m'a dit que c'etait une bonne chose que je me sois remise au violon. Il m'a promit de venir bientot meme si je sais qu'il ne le ferra pas. Et j'ai eu le droit a un "Ca me manque de ne plus me reveiller perdu dans tes boucles" et ca a ete suffisant.

Je ne dis pas que c'est claire dans ma tete, ni que je ne l'aime plus ni meme que ca fait moins mal. J'ai juste le sentiment que malgre tout le mal qu'on s'est fait, qu'on se fait, tout est a sa place. Il merite une fille gentille, qui ne lui donne pas trop de travail pour recevoir un semblant de sentiment de sa part juste parce que c'est une handicapee sentimentale. Une fille polie qu'il puisse presenter a sa mere sans avoir peur de ses reactions en societe.

Mon Nathan c'est un Damoiseau. Je sais que sa vie aura des formes incroyables et que je pourrais etre fiere. J'ai juste envie de faire en sorte d'etre fiere de moi aussi, un jour. Passer un peu de temps avec moi. Et meme si je m'amuse a dire comme je suis chiante et irrecuperable, je sais aussi que je suis quelqu'un avec qui il fait bon a etre seul.

J'ai reprit le violon en septembre. Mes doigts ne suivent pas encore tres bien, j'ai arrete deux ans plus tot alors forcement. J'ai besoin de reprendre tout ce que je n'aurais jamais du laisser tomber. Besoin de me prouver que je peux avoir le temps pour tout et devenir quelqu'un, malgre tout. J'etais une gamine talentueuse, j'ai appris a lire a 5 ans et je dessinais terriblement bien. Je commencais le violon a 6 et un jour je crois que j'ai juste arrete, parce que je savais bien, que dans aucun des domaines ou j'etais bonne, je pourrais etre la meilleure. J'ai demissionne.

Seulement j'ai signe la fin de mon arret maladie

N'empeche que je continue d'avoir envie qu'il se reveille perdu dans mes boucles...

Ecrit par elevator-beat, à 21:24 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Ces foutues reminescences

Mon pere m'a donne la semaine, c'est comme ca que je me suis retrouvee dans le train pour Montpellier et que Nathan est venu me chercher a la gare avec ce sourire la, celui qui me donne envie de rester ici toujours, s'il me le demandait.

L'annee derniere presque jour pour jour il s'etait passe la meme chose et il m'avait serre fort, devant tout le monde comme s'il n'y avait que nous. On etait reste la, sur le quai de la gare comme dans un vieux film en noir et blanc, dans les bras l'un de l'autre. Aujourd'hui je me dis que ce film devait etre tres mauvais, quand je vois ou on en est arrive.

Je suis cette pauvre fille, encore amoureuse de son ex qui habite a deux heures de train de chez elle et qui vit avec une autre. Je suppose que je suis douee pour ne rien laisser paraitre parce que ce sourire la, qu'il m'a donne et dans lequel je vois ce que je voudrais qu'il y est, il n'est qu'amical et il pense que le mien a le meme gout.

J'ai essaye. Je ne suis pourtant pas du genre a aimer faire des efforts, surement parce que je suis une petite conne. C'est juste que pour ces yeux la, dans lesquels je me suis noyee il y a longtemps et dont je crache encore de l'eau, je ferrais ce que je ne ferrais meme pas pour moi meme. C'est pathetique, c'est ecoeurant de banalite. Je n'ai jamais voulu de ca.

Et quand je revois cette Justine, qui m'aide a porter ma valise, moi l'ex de son homme. La seule et l'unique. Celle de toutes ces premieres fois. Pourquoi elle fait ca, pourquoi elle sourit, pourquoi elle est si gentille? Qu'est ce que j'ai bien pu lui faire pour le pousser a trouver mon exacte opposee? Et comment peut-il ne rien voir, ne pas comprendre tout ce que je garde de nous et que je ne sais pas vomir alors qu'il me lisait encore si bien, il y a de ca 6 mois.

Je ne sais pas ce qui m'a pousse a lui dire oui et a prendre ce train pour passer le reveillon avec eux, "comme avant". Je savais tres bien que j'allais en avoir pour plusieurs nuits a pleurer des torents de larmes et de remords. Je savais tres bien que ca me bouffrait lentement l'interieur de les voir tous les deux. J'en arrive a penser que des la premiere fois, je n'aurais pas du les laisser faire, lui et ses mots d'amour. Ses promesse de toujours. Lui qui me disait qu'il en creuvrait s'il devait un jour vivre sans moi. Ca n'est pas comme si je l'avais prit au mot, je sais comment ca marche. C'etait juste terriblement beau de me dire que pour cet instant, meme si cet instant seulement, il le pensait vraiment.

Je suis arrivee le 31 vers midi, il m'a montre son appart et j'ai rencontre Justine. Ce qu'il y a d'enervant c'est ce visage d'ange qu'elle a et qui m'interdit de lui en vouloir de quoi que ce soit. Apres tout, c'est moi qui l'ai quitte. Plus ou moins. C'est elle qui a recolle les morceaux. Je suis le grand mechant loup de notre histoire.

Francois nous a rejoins et on est alle faire un tour en ville, il voulait me montrer son uni, et moi je me delectais de notre vieux trio, comme si rien n'avait vraiment change. Et meme avec ce gout amer d'etre passe a cote de tout, en decidant de ne pas les suivre apres mon bac, je ne sais pas si j'aurais vraiment du.

C'etait marrant de le voir excite comme un gamin de me montrer sa nouvelle vie comme si il avait tout construit de ses mains. C'est presque vrai. Nathan s'est toujours donne les moyens de tout. C'est un bosseur et un reveur, un melange qui lui permettra d'aller aussi haut qu'il l'a decide. Francois fumait son joint et protestait contre tout et n'importe quoi, comme d'habitude. Je l'ai toujours agreablement rejoint pour ce genre de conneries. On critique le monde entier et Nathan fait en sorte de le changer pour nous.

On a finit dans un vieux bar au fin fond d'une rue dont je ne me souviens plus le nom et apres quelques bieres on est alle chez un ami de leur fac, feter cette annee dignement ou presque. Justine etait deja la, elle aidait pour les apperitifs. De les avoir sous les yeux ensemble toute la soiree et de devoir sourire a m'en ouvrir le coeur, ca a ete quelque chose de plutot difficile, je dois l'admettre. Sa main a elle dans la sienne, ses doigts a elle dans ses cheveux. Et ses sourires amicaux, de lui, pour moi. En vous remerciant, bonsoir.

Je t'en foutrais de l'amitie!

Francois s'est arrange pour me faire passer une bonne soiree, on a parle d'avant. De mon boulot avec mon pere, de mes freres et ma soeur, de notre ville qui lui manque. Je lui ai dit comme j'etais fiere d'eux, je lui ai dit que je serais bientot prete, bientot la. Je lui ai dit comme il m'avait manque. Et il m'a dit d'arreter le sentimentalisme parce que ca ne m'allait pas du tout.

Il m'a raconte la fac, ce mec avec qui il est sorti deux mois et ca n'a pas marche. Il m'a parle de ces nouveaux dessins et des nouvelles techniques qu'il etait en train d'aborder, en cours. C'est marrant, je n'y connais rien mais il lui suffit d'ouvrir la bouche pour me faire ecouter. Il a toujours su parler comme s'il ressentait chaque syllable. Entre lui l'artiste et Nathan l'intello, j'ai toujours eu l'air d'une anarchiste sans autre talent que celui d'etre chiante. Cela dit ca ne leur a jamais pose de probleme.

On se dit qu'on devrait rejoindre les autres, faire semblant d'etre polie. Ca y est c'est minuit. Tous ces gens que je ne connais pas s'embrasse, s'enlasse, Un troupeau d'inconnues qui me rappelle un peu plus fort que je n'ai rien a faire ici. Je me rappelle que mon talent a moi, c'est celui de toujours prendre la mauvaise decision. Aller vivre avec ma mere, arreter le violon, ne pas les suivre a Montpellier, quitter Nathan, venir ici pour nouvel an.

{...}

Je suppose qu'apres j'ai bu un peu trop plus et on est rentre vers 4h. J'ai dormit sur le canape lit apres m'etre battu 20 minutes pour que Nathan me laisse y dormir. J'accepte deja de les voir ensemble, il ne va pas en plus me forcer a dormir avec elle... L'odeur de ses crepes m'a reveille ( oui parce qu'elle sait cuisiner). Et puis le surprendre lui, a la regarder avec cet air la. Cet air que je croyais n'etre qu'a moi. Je me suis longtemps surestime parce que son amour c'etait de la force.

Finallement je ne suis que moi, et je ne sais pas cuisiner.

On est alle voir Angel-A. C'est lui qui a choisit. Il sait comme j'aime les films en noir et blanc. Il m'a paye mon paquet de malteser et mon sprite sans glacon, parce qu'il sait vraiment bien. Ca fait plaisir de savoir qu'il n'a pas oublie. Elle, c'est une femme a popcorn. Et puis avec le temps je m'y suis fait. A sa main dans la sienne. Apres tout je le vois bien, qu'il est heureux. Je ne sais pas s'il pouvait vraiment sourire autant, quand on etait ensemble. C'est surement mieux comme c'est.

Demain ca sera notre dernier jour. Je voudrais lui demander pourquoi elle. Meme si c'est evident qu'elle n'a pas un seul defaut, je voudrais savoir comment il a pu m'aimer si fort, et m'oublier avec cette fille, si differente. Je voudrais savoir si c'est de ma faute. J'en sais rien. Ca doit etre une future mauvaises decisions...

Ecrit par elevator-beat, à 08:56 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Mardi (06/12/05)
Ou comment faire un come-back de travers

Ça fait un moment que joueb et moi on a coupé les ponts. Ma vie m'avait demandé plus de temps, je crois. Et puis il y a des jours ou je me dis que le temps, pour écrire, je devrais le voler. Et taper sur ce vieux machin, qui est reste le même depuis la dernière fois, ça va plus vite que d'aller fouiller ma vielle trousse de l'année dernière pour écrire dans ce cahier cornu, qui pourrait avoir fait une guerre sans que ça n'inquiète personne

{J'ai tendance a laisser traîner n'importe quoi, n'importe ou}

Je n'ai pas envie de passer sur mon ancien pour y lire mes vieux demons. Je ne sais pas de quel fibre exactement me vient cette envie d'écrire. Le paternelle s'exprime de la gâchette de son appareil photo. La mère je n'ai jamais trop su. Cela dit elle sait sourire bien mieux que moi.

Corentin est a la maison cette semaine. Je me disais que quand même a 23 ans, il pourrait ne plus jouer au "passe-passe" de la semaine sur deux, commun a beaucoup d'enfants de divorcés. Cela dit a 18 ans je pourrais aussi, et je suis encore la.

Je crois juste que j'ai utilisé mon quotta d'émotion forte au père et a la mère quand je leur ai annonce vouloir faire cette année sabbatique. Cela dit je sers de main d'oeuvre gratuite pour le père, c'est quand même un lot de consolation plutôt non négligeable. Et je déjeune avec la mère plus souvent, elle travail a 5 minutes.

J'aime que ma famille ressemble a ce tas de rien du tout, peut être parce qu'on se retrouve toujours mieux dans son propre bordel. Et que ça fait des choses a raconter. Le père a eu Corentin, a 18 ans, d'une femme qu'il n'a jamais épousé et bénissons les Dieux en qui je ne crois pas pour ca. Puis il y a eu la mère et donc moi 5 ans plus tard, puis la soeur en 1989. La mère est parti avec Paul en 97, un mois plus tard elle etait enceinte. C'est la que c'est devenu un peu plus tendu.

Cela dit je voulais un petit frère depuis que la soeur avait commence a me bouffer mon espace sous prétexte qu'elle etait du même sexe que moi. On devait partager la même chambre. J'ai jamais aimé être oblige de partager quoi que ce soit. Surtout quand j'avais 3 ans, je suppose.

Donc la mère a pondu Valentin un 1er mai 1998.

Je ne sais pas pourquoi j'étale ce merdier par ici, c'est pas comme ci j'avais besoin de m'en souvenir.

Je suppose que les nouvelles premières fois sont toujours maladroites et c'est ce qui explique que j'ecris en allant nul part. Cela dit il y a comme de la mie de pain qui m'appelle et Corentin a ramené "Memento" comme il avait promit. Je n'ai jamais su dire non a Guy Pierce, il faudra m'excuser. Ou pas.

Ecrit par elevator-beat, à 15:50 dans la rubrique Actualités.
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)
Bienvenue sur votre joueb !
--> Ca a marché !
Felicitations ! Ca a marché ! Vous voici sur votre joueb. Ceci est un article de bienvenue spécialement concu pour vous guider dans la decouverte de votre joueb et de son fonctionnement. Pour commencer, cliquez sur le lien "En lire plus" ci-dessous.
Ecrit par Biz, à 03:07 dans la rubrique .
Lire l'article ! (suite de l'article + 0 commentaires)